Pedestrians in NYC

ActForGood, TechForGood, BlablaForGood :) La folie du For Good

Vous l’aurez certainement remarqué, l’ère est au « For Good ». Est-ce à dire que jusque-là on agissait « For Bad » ? Et puis « For Good », qu’est-ce que ça veut dire ? Voici ici mon avis très personnel sur la question :)

Actus

Vous ne passerez pas une journée sans voir un appel au « For Good ». En faisant votre shopping, en lisant l’actu ou juste en regardant les pubs qui s’imposent à vous.

I's good for you

Hum.. agissions-nous pour le mal auparavant ?

Je ne pense pas. Cette expression traduit plutôt une prise de conscience. Un éveil qui nous fait passer d’un rôle passif dans notre vie quotidienne à un rôle actif nous amenant à considérer de façon plus proactive notre environnement, la collectivité et notre potentiel pour y apporter quelque chose de positif. Si on s’intéresse à la cause environnementale, les enquêtes menées régulièrement montrent que les Français sont de plus en plus sensibles à l’impact négatif que peut avoir l’activité humaine moderne sur l’environnement et son implication dans le changement climatique. Mobilisations médiatiques et politiques sur appel de la communauté scientifique ont mené de plus en plus de personnes à s’approprier le sujet et à réfléchir aux moyens dont ils disposent pour agir à leur échelle. 41 % des Français interrogés jugeaient en 2005 qu’il « ne sert à rien de faire des efforts pour l’environnement si les autres ne font pas de même », ils ne sont plus que 32 % à penser de la sorte onze ans plus tard (étude de l’ademe menée entre 2001 et 2017).

Ainsi, consommer différemment, moins, mieux est devenu aujourd’hui pour beaucoup une préoccupation du quotidien.

La question de l’éthique ou encore de la morale de nos actes se pose pour beaucoup de sujets de nos sociétés et pas uniquement sur le sujet environnemental : l’exploitation des données personnelles, la solidarité entre citoyens à l’heure où les inégalités se creusent, la relation au travail…

Couplé à la quête du bonheur aujourd’hui porté quasiment au rang d’obligation, cette prise de conscience à l’échelle de chacun que chaque acte du quotidien peut avoir une externalité sur son environnement a ouvert à mon sens la voie du « For Good ». Pour être heureux, faisons le bien pour nous et les autres.

Tout doit donc être « For Good ».

Mais c’est quoi le For Good ?

Good signifie bien, beau, bon. Il s’agirait donc d’ajouter le suffixe « Pour le bien/bon/beau » à ce que nous faisons.

Délicat tout de même car ce sont des notions extrêmement subjectives avec un aspect moral non négligeable. J’ai lu un article intéressant appliqué à la technologie dans ADN Magazine, qui propose d’agir plutôt « For what » que « For Good ». Un peu plus concret que le « For Good » , le « For what » (pour quoi)  interroge le sens de ce que nous faisons plutôt que la morale. Je vous l’accorde, cette approche nous ramène à l’appréciation de chacun et met moins en lumière le côté collectif.

Alors du coup, comment résumer le « For Good ». Je dirais que c’est une attitude proactive, une responsabilité individuelle à rechercher dans chacune de nos actions à satisfaire un besoin tout en intégrant dans le processus de décision l’impact qu’on pourrait avoir sur la collectivité – et chercher ainsi à créer un impact le plus positif possible pour elle.

 

faire le bien pour tous

De la bonne intention au diktat…

Qu’une société toute entière se mobilise pour le bien du collectif ne peut que me réjouir. Mais j’avoue, les déclarations de Greta Thunberg me dépriment et me paralysent. Par leur caractère culpabilisant, un regard qui juge le passé en annonçant un futur terrifiant et sans espoir. « Je ne fais pas assez ». « Et puis de toute façon c’est déjà trop tard ».

J’ai l’impression d’être fusillée du regard lorsque je bois dans une bouteille d’eau en plastique. « – Mais t’as pas ta gourde en inox ? – Ben non, pas là… ».

Cela passe peut-être par cette phase me direz-vous.

Ou pas. Peut-être qu’on peut aussi se dire que chacun fait ce qu’il peut et qu’une fois que le mouvement est enclenché, l’évolution vers des pratiques toujours meilleures est en marche.

J’aime l’approche des petits pas et l’idée que les petits ruisseaux font les grandes rivières.

C’est toute cette philosophie qu’on aspire à développer chez howtank. Offrir des espaces libres de discussion où chacun peut participer et partager son expérience sans avoir à être un expert. S’aider, s’entraider pour de petits et gros problèmes. Nous on pense que ça compte. Les petits actes du quotidien font la différence.

 

Alors oui au « For Good » mais sans culpabilité. Juste le plaisir d’apporter sa petite pierre au vaste édifice du bien commun.  

A propos de howtank

Howtank est un réseau social de partage d’expérience et d’entraide. Depuis 2012, howtank développe des espaces pour que marques et utilisateurs se retrouvent, se rencontrent et agissent ensemble pour le bénéfice de tous.

En 2019, howtank lance Papote by howtank, le réseau social fun et utile qui permet à chacun de venir discuter autour des sujets qu’il aime, avec ceux qui aiment les mêmes sujets !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *